SWINGTIME BORDEAUX

One more time ! We can !

Agenda

Aucun évènement dans le calendrier
Juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Partenaires

Previous Next
Mairie de Bordeaux http://www.bordeaux.fr/
Jin Prod http://jinprod.com/
Hot Swing Quintet https://www.facebook.com/pages/Hot-Swing-Sextet/440080792738629
Cookie's Jam https://cookiesjam.wordpress.com/pour-mes-amis-francais/
Radio Bleu http://www.francebleu.fr/
Fip http://tunein.com/radio/FIP-Bordeaux-967-s50706/
Office du Tourisme de Bordeaux http://fr.bordeaux-tourisme.com/
jessicajoseph.fr http://www.jessicajoseph.fr/index.html
planeight.fr http://planeight.fr/
disc-nroll   www.disc-nroll.com
Tea time http://197box.com/
Atelier 14 http://www.latelier14-danse.com/

NewsLetters

Nous avons 110 invités et aucun membre en ligne

Histoire du Swing

olaudah-equiano-esclave-swingtime-bordeaux

Jazz et blues trouvent leurs racines à travers l'histoire de l'Afrique et de l'esclavagisme, à travers l'histoire de peuples africains déracinés, peuples où chants et danses sont des phénomènes significatifs de leurs cultures, peuples de danseurs, de musiciens, de poètes...chants et danses de douleur, de souffrance, d'expression du quotidien...


« Pendant la traversée de l'atlantique les esclaves se voyaient interdire la pratique de leurs rituels sociaux et culturels » et bien pire « sur la plupart des bateaux négriers, on forçait les esclaves à « danser » et « chanter » pour « éviter que la cargaison ne prenne mélancolie » et parce que « l'exercice les maintenait en bonne santé et on en tirait un meilleur prix » !!

Dès le XVIIIè siècle les planteurs témoignent d'une passion des esclaves pour la musique et la danse ainsi que leur énergie à partir danser tard le soir jusqu'à épuisement malgré le terrible labeur des plantations...

jazz-roots-swingtime-bordeauxLe « Cake-walk » est la première danse afro-américaine à franchir la barrière de la société blanche, elle fait référence à un gâteau offert en récompense à l'esclave qui levait la jambe le plus haut sur la musique, mais elle est aussi une danse qui parodiait et caricaturaient les postures et attitudes des blancs...le Roi d'Angleterre, l'empereur d'Autriche...Le cake-walk connaît alors un succès médiatique.

L'adoption du cake-walk par la société blanche américaine entraîna un changement dans les comportements et l'apparition de nouvelles danses plus émancipées. Sur un accompagnement de ragtime, genre musical grâce à des chefs d'orchestres et compositeurs tels que Scott Joplin en 1902, des danses, adaptées des danses animalières des plantations, vont faire fureur sur les pistes de danse de New York. Entre 1912 et 1914, on a estimé à plus d'une centaine la création de nouvelles danses !

Après l'exposition universelle de 1900, les Français découvrent le cake-walk en même temps que les cultures exotiques. A l'orée du XXè siècle, la popularité du cake-walk n'a d'égale que celle du charleston dans les années 1920 et du lindy hop dans les années 1930, premières danses swing afro-américaines.

Les origines de la danse swing vient des rythmes africains qui depuis la nuit des temps, dansaient sur des divisions ternaires du temps. Ils ont donc transporté avec eux ces rythmes aux usa au 18è siècle. Cette mixité a donné naissance au jazz. Le Charleston, qui est au départ une danse individuelle, se modifie au fil du temps. Les gens commencent à danser en couple, à l'image de la valse, par exemple. Très endiablée, la danse se pratique à l'époque sur les rythmes rapides des big bands, comme celui de Duke Ellington.big-apple-swingtime-bordeaux En 1927, George Snowden danseur au Savoy Ballroom, répondant à un reporter, baptise la danse Lindy hop en référence à Charles Lindbergh (surnommé Lindy), qui vient d'accomplir la traversée de l'Atlantique (le Big Hop). C'est, encore aujourd'hui, le style de swing le plus dansé en Amérique. Au même moment, dans les universités américaines, les étudiants transforment le Charleston en danse bouffonne : la même que dansent Popeye et Goofy. C'est la naissance du Collegiate Shag.
Dans les années 40, dans l'île de Balboa, le Charleston prend une autre tangente. À cause du manque d'espace et de la rapidité de la musique, les danseurs se rapprochent beaucoup, jusqu'à se tenir tout à fait collés, mais esquissent des pas très compliqués. Le Balboa est alors né.

Le swing tombe en désuétude dans les années 70, disparaissant presque complètement. Il faut attendre les années 90 avant que de jeunes enthousiastes découvrent de vieilles vidéos et tentent de reproduire ce qu'ils y voient. Une danse plus simpliste, éloignée de sa forme originale, résulte de ces expériences. On la nomme East Coast Swing.
troupe-swingtime-bordeauxDe nos jours, on incorpore au swing de Frankie Manning et de plusieurs autres danseurs de la première vague qui ont contribué à le ramener plus près de ses origines, des notions de danses plus modernes comme le hip hop, le jazz moderne ou le West coast swing. Ainsi, le swing se constitue désormais de toute une mosaïque de styles, mais se caractérise toujours par une énergie débordante et un brin de folie.